Sublimes regards


Lorsqu’on visite une exposition photo, c’est pour découvrir généralement des paysages, des espaces, certains lieux, des couleurs tirées de la nature, en plus d’une technique de laboratoire donnant des effets chromatiques aussi variés que captivants.
Mais ce que nous avons découvert dans l’exposition du photographe Anis Mili dont le vernissage a eu lieu jeudi dernier au Palais Essaâda à la Marsa, est tout autre chose.
Le premier coup d’œil, à l’entrée, sur les œuvres exposées nous rappelle des tableaux de peinture, tellement les espaces, les couleurs et leur composition sont nettes et évidentes, comme des touches de pinceaux.
Passé ce moment de surprise, et en pénétrant dans la deuxième puis la troisième salle d’exposition, notre étonnement est d’un autre genre; car en analysant les clichés d’Anis Mili, on penserait automatiquement à un traitement des couleurs et des formes dans le laboratoire, avec ces techniques de zoom, de durée d’ouverture du diaphragme etc.
Rien de cela, parce que Anis Mili a choisi ses sujets, ses prises de vue dans leur véritable apparence esthétique, plastique et chromatique, autrement dans leur état naturel. Différemment de ce qui est couramment pratiqué dans le domaine de la photo, en prenant le cliché et en le traitant plus tard, notre artiste photographe s’est basé dans ses œuvres sur sa perception artistique des motifs choisis, ou éléments de la photo. Analysant esthétiquement ce que ces derniers peuvent «représenter» comme caractéristiques plastiques (lignes, formes, couleurs, composition, équilibre, complémentarité, contraste, etc), c’est par la suite qu’il appuiera sur le bouton pour obtenir ce très beau tableau. Coquillages sous une surface d’eau, ondulations au-dessus, reflets, ombres et lumières, effets chromatiques et lumineux, tous ces «phénomènes» exceptionnellement beaux sont pris sur le vif, instantanément par Anis Mili: c’est «une» vision (titre de son expo), unique par rapport à l’instant choisi et par rapport à «sa» vision des choses.
Ce caractère «rêveur», réservé, voire indéchiffrable de l’artiste photographe, cache une très profonde sensibilité artistique et un regard parfaitement conscient de ce qui peut évoquer l’œuvre d’art dans son environnement, dans cette belle nature. Loin des clichés figés d’un espace architectural ou d’un quelconque paysage, Anis Mili est allé vers le fond des choses, vers le plus petit détail et le plus proche de son viseur, qui avec la maîtrise technique totale de la photo d’art par notre artiste, lui permet de transmettre fidèlement cette «peinture» naturellement installée… Déchiffrer d’aussi belles images de la nature parmi une infinité de belles composantes nous entourant, n’est sûrement pas donné à quiconque, n’eût été cette vision subtile du détail et cette âme profondément artistique d’Anis Mili, qui nous a, à son tour, profondément touchés. Une très belle exposition qui mérite et le déplacement et le respect…

T.H