Ouvrage de photos de la Résidence de France à la Marsa


M.Serge Degallaix
M.Serge Degallaix

Une semaine avant son départ de Tunis, après quatre années en poste d’ambassadeur de France à Tunis, Serge Degallaix a reçu samedi dernier quelques représentants des médias tunisiens, dans sa résidence « Dar Kamila » à la Marsa pour un Iftar particulier à plus d’un titre.
Cet iftar chez l’ambassadeur est devenu une tradition depuis son arrivée. Mais celui de cette année possède plusieurs particularités.
C’était l’occasion de présenter le nouveau responsable de la communication à l’Ambassade de France, Etienne Chapon (à gauche sur la photo). Mais c’est surtout le dernier Iftar avec M. Degallaix puisqu’il nous quitte samedi prochain pour rejoindre le Quai d’Orsay.
Du coup, c’est beaucoup d’émotion ressentie de part et d’autre.
On ne quitte pas Tunis sans émotions, sans un pincement au cœur et cela se ressentait chez l’ambassadeur qui a souhaité battre un record de longévité parmi nous (sept ans) comme il l’a lui-même avoué.

Dar el Kamila« La Tunisie, a-t-il déclaré, est un pays qui a réussi à conserver ses traditions, sa forte identité, tout en jouant la carte de la modernité. C’est cette image que je porte d’un pays qui a, certes, besoin de se développer davantage mais, qui demeure à l’avant-garde dans plusieurs domaines. Il citera les acquis de la femme, de l’économie, des échanges fructueux avec l’UE,etc.

Revenant sur son bilan, il déclare qu’il n’a ménagé aucun effort, depuis la prise de ses fonctions à Tunis, pour développer au mieux les initiatives et concrétiser des projets dans l’intérêt commun de la Tunisie et de la France. Il est vrai que les projets développés en partenariat avec des entreprises françaises sont nombreux durant ces quatre dernières années. On citera le plus important, le partenariat industriel, avec l’implantation d’Aérolia, filiale d’Airbus, à Tunis, mais l’accord de gestion partagée de l’immigration et du développement solidaire, la coopération universitaire, l’énergie nucléaire, la visite de Nicolas Sarkozy puis celle de François Fillon…
Dar El Kamila« Rien ne vaut le contact humain entre les responsables pour mieux se comprendre et avancer sur les dossiers. C’est dire que le métier de diplomate a encore de beaux jours devant lui et il ne disparaîtra pas de sitôt», a indiqué l’ambassadeur.

Des regrets, il y en a également. Le jumelage entre les pôles de compétitivité français et tunisiens n’a pas avancé comme il l’aurait souhaité, par exemple.
Je pars avec un sentiment de grande satisfaction d’avoir eu cette chance de travailler à Tunis. Compte tenu de mon tempérament, je n’aurais pas eu la même satisfaction si j’étais ailleurs.

Dar El KamilaSerges Degallaix n’a pas manqué de rendre hommage à tout le personnel de Dar Kamila, au personnel du service de presse de l’ambassade, en particulier, et à tout le personnel, en général. Et, il n’a pas oublié, au passage de remercier les représentants de la presse. Des représentants qui rentreront chacun avec un bel ouvrage de photos de la Résidence de France à la Marsa, prises par le jeune photographe Anis Mili qui a eu, il y a deux ans, l’opportunité extraordinaire d’exposer ses œuvres dans ses jardins.
Même si on ne partage pas toujours les mêmes points de vue, je vous remercie d’avoir fait preuve d’écoute, durant toutes ces années. L’important c’est de parler, de dialoguer, pour mieux se comprendre », a-t-il souligné.
Serges Degallaix partira samedi prochain, et son successeur, Pierre Ménat, rejoindra la Tunisie, le lundi d’après, soit en plein aïd.
Webmanager center
Insaf.B